Message de la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, à l’occasion de la Journée internationale de l’éducation, le 24 janvier 2019

Pour la première fois aujourd’hui, nous célébrons la Journée internationale de l’éducation proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies en décembre dernier, un pas décisif qui témoigne du rôle majeur que tient l’éducation dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030 « Transformer notre monde ».

En l’absence d’une éducation de qualité, inclusive et équitable et de possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous, les pays ne parviendront pas à briser le cycle de la pauvreté, qui laisse à la traîne des millions d’enfants, de jeunes et d’adultes. Nous ne parviendrons pas à atténuer les effets du changement climatique, à nous adapter à la révolution technologique et encore moins à instaurer l’égalité des genres sans un engagement politique ambitieux à l’égard de l’enseignement universel.

Cette journée est l’occasion de réaffirmer des principes fondamentaux. Tout d’abord, l’éducation est un droit de la personne humaine, un bien et une responsabilité publics. Ensuite, l’éducation est l’atout le plus puissant dont nous disposions pour susciter des améliorations significatives en matière de santé, stimuler la croissance économique et débrider le potentiel et l’innovation dont nous avons besoins pour bâtir des sociétés plus résilientes et durables. Enfin, nous devons d’urgence appeler à une action collective en faveur de l’éducation à l’échelle mondiale.

Des chiffres clés pointent les défis à relever : 262 millions d’enfants et de jeunes ne vont pas à l’école ; 617 millions d’enfants et d’adolescents ne savent pas lire ni faire des calculs simples ; moins de 40 % des filles achèvent le premier cycle de l’enseignement secondaire en Afrique subsaharienne, tandis que près de 4 millions d’enfants et de jeunes réfugiés ne sont pas scolarisés, leur vie ayant été bouleversée par le conflit et la perte.

Parce que le monde est encore bien loin d’atteindre l’Objectif de développement durable 4, il faut donner un nouvel élan à la coopération mondiale et à l’action collective. Notre défi consiste à faire en sorte que l’éducation profite à chacun, en promouvant l’inclusion et l’équité à tous les niveaux, afin de ne laisser personne pour compte.

Pour ce faire, il faut accorder une attention particulière aux filles, aux migrants, aux personnes déplacées et aux réfugiés, soutenir les enseignants et veiller à ce que l’égalité des genres soit mieux prise en compte dans l’éducation et la formation. Il faut renforcer d’urgence les ressources nationales et l’aide internationale, parce que ne pas investir dans l’éducation se soldera par une aggravation des fractures, par des inégalités et par de l’exclusion au sein des sociétés.

Invitée à faciliter la célébration de la Journée internationale de l’éducation, l’UNESCO exhorte les gouvernements et l’ensemble des partenaires à faire de l’éducation une priorité majeure.

Nous sommes tous concernés par l’éducation, alors agissons ensemble pour tenir ses promesses.

– – –

Message from Ms Audrey Azoulay, Director-General of UNESCO, on the occasion of International Day of Education, 24 January 2019

Today marks the first International Day of Education, as proclaimed by the United Nations General Assembly last December. This significant decision recognizes the capital role of education in “Transforming our world: the 2030 Agenda for Sustainable Development”.

Without inclusive and equitable quality education and lifelong opportunities for all, countries will not succeed in breaking the cycle of poverty that is leaving millions of children, youth and adults behind. We will not succeed in mitigating climate change, adapting to the technological revolution, let alone achieve gender equality, without ambitious political commitment to universal education.

This day is the occasion to reaffirm fundamental principles. Firstly, education is a human right, a public good and a public responsibility. Secondly, education is the most powerful force in our hands to ensure significant improvements in health, to stimulate economic growth, to unlock the potential and innovation we need to build more resilient and sustainable societies. Lastly, we urgently need to call for collective action for education at global level.

Headline figures point to the challenges: 262 million children and youth do not attend school; 617 million children and adolescents cannot read and do basic math; less than 40% of girls in sub-Saharan Africa complete lower secondary school while some 4 million children and youth refugees are out of school, their lives disrupted by conflict and loss.

Because the world is not on track to achieve Sustainable Development Goal 4, we need a surge in global cooperation and collective action. Our challenge is to make education work for everyone, by promoting inclusion and equity at every level, to leave no one behind.

This calls for special attention to girls, to migrants, displaced persons and refugees; to support teachers and make education and training more gender responsive. It urgently requires scaled up domestic resources and international aid, because the cost of not investing will dig divides, inequalities and exclusion across societies.

Invited to facilitate the observance of International Education Day, UNESCO calls on governments and all partners to make education a leading priority.

We all have a stake in education, let’s act together to fulfil its promise.

MÉS INFORMACIÓ

 

0 Comentaris

Sigui el primer a fer un comentari.

Fes un comentari

 




 

Seguretat: *